Editorial

« Monsieur Songe s’est réfugié dans la caverne de l’ermite conseiller des poètes où par un miracle / prodige incroyable il s’est substitué au vieillard soudain disparu. Mais il promet de ne jamais conseiller personne.
Grande leçon de retour sur soi-même.
Il sera poète désormais sans l’avoir voulu. »

Ces mots sont les derniers inscrits de la main de Pinget, le 13 juillet 1997, sur la dernière page de son ultime projet intitulé Un livre qui n’arrive pas à se faire.  Magnifique pensée qui déjoue à elle seule un échec que l’écrivain annonçait pour le conjurer.

***

 

La directrice de la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, Isabelle Diu, désireuse de voir vivre le fonds Robert Pinget, me charge d’insister auprès de ceux d’entre vous, étudiants, jeunes chercheurs ou chercheurs confirmés, tentés par le plaisir de l’archive, pour poursuivre l’exploration du fonds qui par sa variété – et sa complexité – est une sorte de précipité des principaux problème relatifs à la génétique textuelle et aux questions d’archive.

Mais le présent site n’est pas seulement conçu pour offrir une présentation de l’oeuvre et fournir des informations sur l’actualité de la recherche.
Notre objectif principal est de susciter le désir d’ouvrir les livres de Pinget, de se laisser séduire par la force poétique des compositions, par cette manière de traiter les mots comme des fleurs protégées ou des animaux rares, tout en se défiant de la grandiloquence, des facilités de la plume et de la pensée, des effets d’intimidation.

Pinget est un auteur où chacun peut trouver à s’alimenter, pour peu qu’il prenne la peine d’ouvrir un livre. Si l’oeuvre de Pinget est de celles qui désaltèrent, c’est qu’elle fabrique un monde où chaque lecteur peut projeter ses propres difficultés à vivre, et trouver, par la vertu du rire ou d’une émotion causés par une simple tournure de phrase, l’énergie de continuer. Pour le lecteur, c’est  l’un des grands bénéfices obtenus de l’attention extrême, grave et joueuse, que Pinget accordait aux mots.

Martin Mégevand, janvier 2015